Need help?

800-5315-2751 Hours: 8am-5pm PST M-Th;  8am-4pm PST Fri
Medicine Lakex
medicinelakex1.com
/c/ch-go.ch1.html

Dans la pharmacie en ligne Viagra-représenté Paris large éventail de la dysfonction érectile anti-plus consommée. Générique Levitra (vardenafil), Cialis (tadalafil) et achat viagra pour homme, dont le prix est acceptable pour tous les budgets.1

En internet farmacia empecé a pedir porque en la farmacia de al lado nunca había deseado surtido de medicamentos comprar cialis Muy cómodo en el uso de la farmacia. Estuvimos en el restaurante a. aquí la tableta con la entrega en el lugar de.

Kon-5223-20150804-reisetipps-indien-fr

Soleure, le 25 août 2015 Classe d'école Suisse - Inde
Conseils pour voyager en Inde
1.
Décalage horaire Heure d'Europe centrale plus 4 ½ heures ou 3 ½ heures pendant l'été Roupie indienne INR (souvent abrégée Rs) ; 1 roupie = 100 paisa 1.00 INR = 0.015 CHF 1.00 CHF = 66 INR À gauche (attention en traversant la route !) Tension du réseau 220 - 240V, 50 Hz, plus ou moins comme chez nous Prises de courant Médecin / ambulance : 102 La helpline du DFAE est ouverte 24/24 heures (accidents, décès, secours en Suisse arrestation, etc.) Tél. +41 (0)800 24-7-365 Fax +41 (0)58 462 78 66 helpline@eda.admin.ch Représentations diplomatiques Embassy of Switzerland Consulate General of Switzerland Consulate General of Switzerland No. 26, Crescent Park 102 Maker Chambers IV, 10th fl. Resthouse Crescent Road 222, Jamnalal Bajaj Marg New Delhi 110 021 Bangalore 560 001 Tel. +91 11 4995 9520 Tel. +91 80 4941 2000 Fax +91 11 4995 9509 vertretungbangalore@eda.admin.ch Tel. +91 22 2288 4563/64/65 Fax +91 22 2285 0626 mum.vertretung@eda.admin.ch Informations générales
Plus de 100 langues sont parlées en Inde. En vertu de la Constitution, l'hindi et l'anglais sont les langues officielles du gouvernement central, auxquelles il faut ajouter une vingtaine de langues officielles régionales. Langue indo-européenne, l'hindi est la langue la plus parlée en Inde, où elle est bien comprise surtout dans le nord du pays. Au sud, à Bangalore, par exemple, les langues courantes sont les langues dravidiennes, comme le kanada ou le tamoul ; l'hindi est peu pratiqué. 2.2 Société L'Inde fait partie des pays les plus riches d'Asie et affiche un taux de croissance économique élevé. Sur une population de 1,2 milliard d'habitants, 200 millions ont un bon revenu, au sens où nous l'entendons en Europe, qui leur permet de consommer et de voyager à l'étranger. À la pointe des technologies de l'information, l'Inde exporte ses spécialistes dans le monde entier. Il n'en reste pas moins qu'un tiers de la population vit autour du seuil de pauvreté et que près de 48 % des Indiens âgés de plus de cinq ans ne savent ni lire, ni écrire. Même s'ils seront vrai-semblablement accueillis dans des familles aisées, qui emploient du personnel de maison, les élèves suisses rencontreront des mendiants, des enfants des rues, des lépreux et des sans-abri. 2.3 Politique L'Inde est la plus grande démocratie de la planète si l'on en juge par le nombre de ses citoyens. Le parlement (pouvoir législatif) se compose de deux chambres : la Chambre basse (Lok Sabha) et la Chambre haute (Rajya Sabha). Les partis sont extrêmement nombreux. Le président du pays, qui est le chef de l'État, est élu tous les cinq ans par un collège électoral composé des membres du parlement et des membres des législatifs des États. La charge est assumée depuis 2012 par Pranab Mukherjee ; elle est essentiellement représentative, le pouvoir politique étant entre les mains du premier ministre. C'est Narendra Modi qui occupe le poste depuis 2014. Le chef de l'exécutif est issu du parti nationaliste hindou BJP (Bharatiya Janata Party). L'Inde est subdivisée en 28 États et en 7 territoires de l'Union. Les États ont un gouvernement élu, alors que les territoires de l'Union, qui dépendent directement du gouvernement national, ont chacun un administrateur nommé par le président de l'État. Aucun autre pays de la planète n'abrite autant de religions et de sectes que l'Inde. La religion la plus répandue est l'hindouisme (76 % de la population). Très hétérogène, il est subdivisé en plusieurs courants, dont le vishnouisme et le shivaïsme sont les plus importants. La deuxième religion du pays est l'islam (18 %), suivie du christianisme (2,5 %), du sikhisme (2 %) et du boud-dhisme (1 %). Les jaïns, les parsis et les juifs représentent 0,5 % à peine de la population. 2.5 Castes La Constitution interdit toute discrimination fondée sur les castes, mais celles-ci touchent toute la société indienne. Il s'agit d'une division en groupes sociaux reposant sur des rituels de pureté et des tâches précises, qui n'a rien à voir avec la couche sociale ou les moyens financiers. C'est dans la quatrième caste, celle des sûdras, et chez les intouchables que la misère est la plus présente, mais on trouve aussi des brahmanes, la caste la plus haute, économiquement très défavorisés. La caste détermine aujourd'hui encore – mais plus exclusivement comme par le passé – le choix d'un partenaire et la profession. Les membres des hautes castes avaient l'interdiction de prendre leurs repas avec les membres des basses castes, qu'ils considéraient impurs ; cette censure n'a plus cours, surtout en ville. La religion et les castes sont des caractéristiques centrales de l'identité indienne, souvent mal comprises ou sous-estimées par les Occidentaux. Elles doivent être abordées avec sensibilité au cours de l'échange. 2.6 Système scolaire L'école est obligatoire entre 6 ans et 14 ans. Pendant cette période, l'enseignement public est gratuit. Les différences sont cependant importantes entre les États, car ce sont eux qui assu-rent une bonne partie de la formation. Le système de formation est piloté et financé à la fois par le gouvernement central, par les États et par les administrations locales. Le système scolaire compte quatre niveaux : primaire/primary school (6 – 10 ans), primaire supérieur/upper primary (11 – 12 ans), secondaire/high school (13 – 15 ans) et secondaire supérieur/higher secondary ou senior secondary (17 – 18 ans). Le primaire dure cinq ans/standards, le primaire secondaire deux ans, le secondaire trois ans et le secondaire supé-rieur deux ans. Jusqu'à la fin du secondaire supérieur, les élèves suivent un plan d'études géné-ral (abstraction faite de quelques différences régionales) ; à partir de là, un certain degré de spécialisation est envisageable. Quel que soit le niveau scolaire, il existe en Inde des établissements publics et privés. Les classes moyennes et supérieures préfèrent les établissements privés. Ils sont fréquentés par 30 % des élèves et le taux est même supérieur à 50 % dans les grandes villes. La plupart des écoles indiennes s'inspirent d'un des trois plans d'études suivants : le Central Board of Secon-dary Education (CBSE) et l'Indian Certificate of Secondary Education (ICSE), coordonnés à l'échelon national ; l'International General Certificate of Secondary Education (IGCSE), un pro-gramme plus exclusif à caractère international. 2.7 Climat et saisons Le pays est immense et les conditions climatiques varient d'une région à l'autre : climat tropical dans le sud, climat aride au Rajasthan, climat continental au centre du pays, climat tempéré à Ooty, climat frais au nord et dans l'Himalaya. Attendez-vous cependant à un climat chaud et humide, même si un pullover et des chaussettes ne seront pas de trop au nord du pays, surtout en hiver. Les précipitations sont influencées par la mousson. Celle d'été débute en juin dans la plupart des régions du pays et amène des trombes d'eau. L'hiver commence en octobre, à la fin de la mousson. C'est la saison préférée des Européens qui voyagent en Inde. Les maisons indiennes ne possèdent pas de chauffage central. En hiver, les nuits peuvent y être très fraiches. 2.8 Santé Les émotions, la nourriture, les changements climatiques et le décalage horaire ont parfois des effets indésirables sur l'organisme. Il faut se reposer souvent, boire suffisamment et se proté-ger du soleil en utilisant des produits de protection, en portant des lunettes et en adaptant sa tenue vestimentaire. Un spray anti-moustiques et/ou des vêtements amples et de couleur claire couvrant le corps sont utiles, surtout à la nuit tombée. En ne marchant pas pieds nus, on évite d'attraper des ascarides ou d'autres maladies. Les tongs ou des sandales en plastique permettent d'éviter les infections. Même si les élèves peuvent s'attendre à des standards d'hygiène européens, ils doivent quand même être vigilants. Mieux vaut ne pas toucher aux fruits frais, aux jus, à la salade et à l'eau du robinet. Il est recommandé de boire de l'eau minérale et de l'utiliser aussi pour laver les ali-ments et pour se brosser les dents. Qui porte des lunettes emportera une paire de rechange et la prescription médicale, au cas où il faudrait en faire fabriquer de nouvelles, ce qui n'est pas un problème la plupart du temps. Dans les grandes villes, les médecins parlent anglais. Nombre d'hôpitaux sont très bien équi-pés. Il est conseillé d'emporter une pharmacie de voyage pour le groupe (voir liste d'affaires à emporter avec soi). Les élèves qui prennent des médicaments régulièrement veilleront à en prévoir une quantité suffisante. 2.9 Vaccins Aucun vaccin n'est obligatoire, sauf si on a séjourné dans une zone infectée par la malaria six jours avant d'entrer en Inde. Il faut alors prouver qu'on a été vacciné et présenter un carnet international de vaccination. Il est préférable d'être à jour avec ses vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, hépatite A. Pour en savoir davantage sur la prophylaxie contre la malaria ou le typhus et obtenir des informations médicales, prière de consulter le site de l'Institut Tropical et de Santé Suisse (Bâle) ou votre médecin de confiance. Les conseils en la matière ne sont pas donnés par l'école. Pour davantage d'informations, voir www.safetravel.ch. 2.10 Sécurité Les précautions à prendre sont celles recommandées pour tous les pays d'Asie. En Inde, les risques ont trait avant tout à la criminalité, à la violence et aux agressions sexuelles sur les femmes, aux conflits interreligieux, au terrorisme, aux tremblements de terre ou aux cyclones tropicaux. Sur son site internet, le DFAE (Département fédéral des affaires étrangères) émet quelques conseils pour voyager : https://www.eda.admin.ch/countries/india/de/home/reisehinweise/vor-ort.html Les Occidentaux sont très bien vus. Les attaques et les vols contre les touristes sont extrême-ment rares. Les élèves – et les jeunes femmes en particulier – devraient néanmoins ne pas se déplacer seules. Sur les marchés, dans les gares et dans tous les endroits fréquentés, la pru-dence est de mise. L'argent et les objets de valeur doivent être gardés en lieu sûr. Aux yeux des Indiens, les femmes occidentales sont souvent un objet de plaisir d'accès facile. Il peut donc arriver d'être victime d'attouchements ou d'avoir les fesses pincées. Il faut alors montrer qu'on ne tolère pas un tel comportement, pour ne pas encourager l'auteur de l'acte. 2.11 Habillement Les Indiens se sont habitués – à contrecœur – à voir les hommes occidentaux porter des pan-talons courts. Les femmes doivent s'habiller de façon à ne pas attirer l'attention et montrer très peu de leur corps. Dans son ensemble, la population porte des vêtements traditionnels, même si la mode occiden-tale gagne du terrain. Outre le sari, le vêtement le plus connu, les femmes portent une tunique (kameez) sur un pantalon ample (salwar), attaché étroitement autour des hanches. L'ensemble est complété d'un voile très long (dupatta) à mettre sur l'épaule, autour du cou ou sur la tête. Les Occidentales peuvent porter le sari ou le salwar-kameez, qui sont parfaitement adaptés pour une fête. De leur côté, les hommes portent le lungi (étoffe drapée autour de la taille) ou le dhoti (longue pièce rectangulaire dont un pan passe entre les jambes). Pour les occasions spé-ciales, ils choisissent la veste et la chemise. Nous conseillons donc un pantalon léger et une chemise à longues manches pour les invitations officielles, malgré les températures élevées. 2.12 Visa Voir note à ce sujet. 2.13 Paiements Il est interdit d'importer et d'exporter des roupies ; inutile donc d'en acheter en Suisse. En re-vanche, les monnaies étrangères peuvent être importées ou exportées en quantité illimitée. Les montants en monnaies étrangères qui excèdent 5'000.– USD (espèces, chèques de voyage) doivent être déclarés à l'arrivée. Gardez le reçu, il sera utile au moment de quitter le pays, pour revendre les roupies. En cas de besoin, il est possible d'acheter des roupies à l'aéroport ou dans les hôtels. Les meilleurs taux sont pratiqués par les bureaux de change en ville. Il est recommandé d'emporter des francs suisses, des dollars ou des euros. La carte Travel Cash, qui a remplacé les chèques de voyage, est plus sûre. Elle fonctionne comme une carte de crédit, mais le montant est chargé sur la carte et remboursé en cas de perte. Les cartes de crédit sont acceptées dans les hôtels, dans les grands restaurants et dans les commerces. Sur les marchés et dans les petits magasins, on paie habituellement en espèces. Des distributeurs à billets sont installés dans les villes. Par contre, il est plus difficile de retirer de l'argent dans les localités excentrées. La Postcard permet de prélever de l'argent aux distri-buteurs munis du logo VISA PLUS (prélèvement facturé 5.-- CHF). 2.14 Téléphone La téléphonie mobile est très répandue, mais les tarifs d'itinérance sont élevés. Renseignez-vous auprès de votre opérateur. Si votre téléphone mobile n'est pas bloqué par votre opérateur, vous pouvez utiliser à bon prix la carte prépayée d'un opérateur indien. Pour acheter une carte SIM locale (Aircel, Idea, Vodafone, par exemple), vous devez fournir une copie de votre passe-port (double page avec les informations et la photo), une copie de votre visa, une photo passe-port, une adresse et un numéro de téléphone en Inde et votre adresse de domicile en Suisse. Il est recommandé d'acheter la carte auprès d'un opérateur de téléphonie mobile et non d'un vendeur de rue. Il est aussi possible de téléphoner à des tarifs très bas depuis des boutiques signalées par l'inscription « ISD/STD ». 2.15 Jours fériés Les fêtes et les jours fériés sont nombreux dans ce pays où les cultures et les religions foison-nent. On compte ainsi quatre fêtes nationales : le 15 août (Indépendance du pays), le 26 janvier (Jour de la République, entrée en vigueur de la Constitution), le 2 octobre (anniversaire du Ma-hatma Gandhi) et le 14 novembre (anniversaire de Jawaharlal Nehru). Viennent s'ajouter à ces fêtes nationales les gazetted holidays des administrations, des écoles et des banques dans tout le pays et les registered holidays, réservées aux fonctionnaires. Au moment de planifier un voyage en Inde, il vaut la peine de consulter le calendrier officiel des gazetted holidays : http://india.gov.in/calendar 2.16 Dispositions légales particulières Les lois relatives à la consommation d'alcool varient d'un État à l'autre, notamment en ce qui
concerne l'âge. Dans certains États, comme le Gujarat, l'alcool est interdit ; dans d'autres,
comme le Maharashtra, sa consommation est soumise à autorisation.
Les infractions à la loi sur les stupéfiants sont punies de longues peines de prison, quelle que
soit la quantité (pas de grâce possible).
Les actes à caractère homosexuel sont punissables.
Il est interdit d'offenser le drapeau indien, d'en faire un usage abusif ou de le détériorer. Les
critiques et les actes irrespectueux à l'égard de la Constitution indienne sont interdits.

3.

En voyage
3.1 Documents de voyage et cas d'urgence Il est conseillé à tous les participants d'établir une liste qui leur sera utile en cas d'urgence, contenant les informations suivantes : coordonnées personnelles, numéro de passeport, numé-ro de visa, date et lieu d'émission, contact en Suisse en cas d'urgence, assurance maladie, etc. Ne pas oublier de faire une copie des principaux documents de voyage des participants (passe-ports, visas, billets d'avion), à garder séparément des autres documents. Avoir en permanence sur soi l'adresse et le numéro de téléphone du consulat de Suisse le plus proche et le numéro de la hotline du DFAE. Si un passeport est perdu ou volé, en informer sans délai le consulat de Suisse le plus proche. 3.2 Communication au sein du groupe Chaque participant reçoit des informations sur sa famille. Un groupe WhatsApp pourrait être utile. Se procurer le numéro de mobile de tous les participants au cas où l'un d'eux se perdrait ou ne viendrait pas au rendez-vous. 3.3 Transports Transporter un groupe de 20 à 25 personnes en Inde peut poser quelques problèmes, déjà au moment d'atterrir à l'aéroport. Il est préférable de répartir les participants en groupes de 4 ou 5 personnes et de les faire monter dans plusieurs taxis prépayés. L'idéal est de louer un minibus (21 places au maximum) ou un car avec chauffeur. Des solutions individuelles devront être trouvées pour les déplacements entre le domicile de la famille d'accueil et l'école (véhicule tricycle, taxi, bus). Les élèves ne doivent pas se déplacer seuls, mais accompagnés si possible d'élève indiens. 3.4 Eau potable Se procurer suffisamment d'eau potable (2 litres par personne et par jour au moins) est une préoccupation réelle quand on voyage en Inde avec un groupe. Il est utile d'acheter de grandes quantités d'eau minérale (Bisleri, par exemple) et de la stocker, dans l'école par exemple. Avant de partir en excursion ou d'être accueillis dans leur famille, les participants doivent emporter avec eux suffisamment de bouteilles d'eau. 3.5 Communication en cas de crise Les moyens de communication modernes permettent aux participants de rester en contact
avec leur famille et leurs amis en Suisse (SMS, médias sociaux, Skype). Cela peut néanmoins
être une source de problèmes si de mauvaises nouvelles arrivent à leurs oreilles (maladies,
pannes, urgences). Il faut s'entendre avec les participants pour savoir qui communique quoi et
de quelle manière. Un plan en cas de crise devrait être établi de concert avec la direction de
l'école.

4.

Faire, ne pas faire
Les élèves sont accueillis dans des familles à l'étranger. Pour éviter les bourdes, nous résumons ci-dessous quelques habitudes des Indiens. 4.1 Boire et manger Comme dans d'autres cultures, les repas sont un moment essentiel de la vie sociale. Quand on participe à un événement ou que l'on est invité chez quelqu'un, il faut s'attendre à rece-voir de la nourriture. Il est donc préférable d'arriver le ventre vide. On ne refuse pas la nourriture, par politesse. Si on ne veut pas manger, on peut prétexter des raisons médicales ou religieuses. L'hôte se montrera compréhensif. Les repas, très assaisonnés, sont servis dans de grandes assiettes en acier inox et dans des coupelles ; au sud, dans des assiettes à thali compartimentées ou sur des feuilles de bana-nier. On mange avec le pouce, l'index et l'annulaire de la main droite. La main gauche est taboue, car on s'en sert aux toilettes, comme dans de nombreux pays arabes. Elle le reste même si on utilise des couverts et ne devrait donc jamais entrer en contact avec les aliments. Les piments sont un ingrédient très apprécié, surtout au sud du pays. Pour en atténuer les effets, rien de tel que le yaourt (curd) servi avec le repas principal. Roter ou cracher à table est tout à fait normal, mais il est absolument interdit d'éternuer pendant un repas. S'ils boivent à la bouteille ou du verre d'un tiers, les Indiens les maintiennent à quelques centimètres de leur bouche, qui n'entre jamais en contact avec ces objets. « Don't kiss the bottle, it's not a frog ! (Inutile d'embrasser la bouteille, ce n'est pas un crapaud ! », répètent les mères à leurs enfants. N'achetez pas de la nourriture dans la rue. Les aliments ne sont pas mauvais, mais les es-tomacs occidentaux les tolèrent mal. L'hygiène et la qualité de l'eau sont rarement équivalentes à celles que l'on rencontre en Europe. Par ailleurs, les températures élevées et l'humidité favorisent le développement d'agents pathogènes. La règle d'or pour qui voyage en Inde : «Cook it, boil it, peel it or for-get it. (Laisse tomber ce que tu ne peux ni cuire, ni bouillir, ni peler.) » 4.2 Communiquer La plupart des Indiens peuvent s'exprimer en anglais et apprécient les contacts avec les étrangers. Il ne faut pas se gêner de leur adresser la parole. On se salue communément par un « namasté », qu'on peut traduire littéralement par « je m'incline devant vous par respect ». Cette salutation s'accompagne d'un geste dans lequel les paumes des mains sont ramenées vers la poitrine, tout en inclinant gentiment la tête. Il n'est pas usuel de tendre la main, surtout pour les femmes et surtout pas vers les per-sonnes de l'autre sexe. Si un « namasté » vous met mal à l'aise, dites simplement « hello ». D'ailleurs, on n'attend pas des touristes qu'ils utilisent cette salutation. Les Indiens font preuve d'un respect particulier à l'égard des personnes âgées, dont ils touchent les pieds avant de se toucher la tête de la même main. Les Indiens secouent souvent la tête pendant la conversation. Un « oui » s'exprime par un hochement de tête de gauche à droite. Mais attention : un « oui » n'est pas nécessairement synonyme d'acquiescement, puisqu'il peut signifier « je ne sais pas ». Toute hésitation dans la réponse équivaut à un « non ». Pour éviter les malentendus, ne pas poser des questions auxquelles il est possible de répondre seulement par « oui » ou par « non ». « S'il vous plaît » et « merci » s'utilisent rarement et il n'est pas impoli de ne pas les pronon-cer. On leur accorde simplement peu d'importance. 4.3 Femmes et hommes Les danses suggestives des films de Bollywood nous font oublier que les Indiens sont prudes. Les hommes et les femmes ne se touchent pas en public et ne manifestent pas leur affection mutuelle. Les vêtements courts ou serrés sont jugés provocants, tandis qu'un re-gard insistant ou une conversation spontanée avec un homme peuvent être interprétés comme une tentative d'approche de la femme. À Delhi et à Mumbai, on rencontre de jeunes Indiennes habillées à l'occidentale. Un touriste qui ne veut pas trop attirer l'attention couvrira ses épaules et ses jambes et évitera de por-ter des habits décolletés. Le bikini est un vêtement excitant (les Indiennes nagent en sari). En public, les pantalons et les jupes courts ne sont portés que par les jeunes enfants. Il est normal de marchander sur les marchés et avec les vendeurs de rue. Faites semblant de ne pas être vraiment intéressé par les objets que vous convoitez et démarrez le mar-chandage à la moitié du prix demandé, pour n'en payer finalement que 70 - 80 %. On peut marchander aussi dans les magasins, sauf si un écriteau indique « fixed price » (prix fixe). Les pourboires sont très répandus, mais pas plus de 10 %, même si ce pourcentage peut sembler faible. On les distribue dans les restaurants, aux employés des hôtels et aux por-teurs. Il est interdit de photographier les gares, les ponts, les aéroports, les locomotives à vapeur et les installations militaires, même en vue aérienne. Une autorisation est nécessaire pour photographier l'intérieur des temples, des palais ou des mosquées, les objets exposés dans les musées et les sites archéologiques ; elle peut être obtenue sur place à bon prix. Ne pas photographier les femmes sans leur consentement. Elles se prêtent volontiers à l'exercice pour autant que vous le leur demandiez. Attendez-vous alors à ce qu'elles récla-ment un peu d'argent (10 roupies sont la norme). Les transports sont une expérience inoubliable, avec des cortèges de gens et d'animaux et un festival de senteurs. Au moment de traverser la rue, il faut un certain temps pour esti-mer la vitesse d'un véhicule. Attention : les Indiens circulent à gauche ! Si vous ne voyez aucun véhicule approcher, c'est peut-être parce que vous regardez du mauvais côté de la rue. En ville, les rangées de sièges à l'avant du bus sont souvent réservées aux femmes ; les hommes prennent place à l'arrière du véhicule. S'il est plein, cette règle n'est plus obser-vée. En règle générale, les arrêts ne sont pas annoncés. Quand on souhaite descendre, on tire sur une ficelle qui court le long du plafond et actionne la sonnette placée près du chauf-feur. Les arrêts sont très courts. Il n'est pas rare qu'un passager saute du bus en marche. Les billets s'achètent auprès d'un employé qui passe vers vous une fois que le véhicule a démarré. Il existe des guichets dans les grandes gares routières. Le réseau ferroviaire indien est le plus dense au monde, le plus chargé aussi. Les retards sont légion. On a le choix entre huit classes de transport. Des guichets sont réservés à la 1ère, à la 2e et à la 3e classes, et il existe même un guichet spécial pour les touristes et un autre pour les femmes (ladies ticket office). Les réservations se font au reservation office (elles sont indispensable pour les classes 1AC, 2AC, 3AC, chair class, sleeper class et doi-vent être achetées à l'avance). Il est plus simple d'acheter son billet dans une agence pour touristes d'une grande ville. Voici une liste des agences : http://www.indianrail.gov.in/ 4.7 Bienséance, comportements En Inde, il est insultant de pointer les pieds ou le doigt en direction d'une personne. Par ailleurs, on n'hèle pas ses semblables à la manière des Européens, mais on tend le bras vers l'avant tout en bougeant la main vers le bas. La perception du temps n'est pas la même qu'en Suisse : ce qui prend une minute chez nous en prend cinq chez eux, ce qui prend cinq minutes chez nous en prend 15 ou 30 chez eux. Cette impression a été baptisée « Indian stretchable time » (IST). Il faut aussi s'habituer aux distances, aux bousculades dans les files d'attentes, aux tapes sur l'épaule, aux poignées de main interminables. Il est courant de voir deux personnes du même sexe se tenir par la main dans la rue ; elles manifestent ainsi leur amitié. Les musulmans indiens ne sont pas les seuls à respecter certaines règles alimentaires. De nombreux hindous des castes supérieures sont végétariens. L'interdiction de manger de la viande de bœuf est respectée avec particulièrement de zèle. Rien d'étonnant au fait que les vaches se promènent librement dans la rue. Elles sont sa-crées et ne doivent être ni nourries, ni caressées. Si les animaux sacrés sont bien brossés et qu'ils se trouvent devant un temple, les pèlerins et les touristes peuvent acheter de quoi les nourrir au vacher (il s'agit d'un acte pieux). Il faut se déchausser avant d'entrer dans un temple ou dans une mosquée. A certaines heures, l'accès aux mosquées est interdit aux femmes. L'accès à certains temples n'est pas autorisé aux étrangers. Ne pas pénétrer dans un lieu de culte vêtu d'un pantalon court ou d'une chemise transparente ou aux épaules dégagées. Respecter les interdictions de pho-tographier. Les articles en cuir (ceintures, sacs, etc.) et les cigarettes sont interdits dans les temples jaïns. On ne doit pas se couvrir la tête pour entrer dans un monastère bouddhiste, alors qu'il est impératif de le faire dans les mosquées et dans les sanctuaires islamiques. Il est in-terdit, dans les temples, de toucher les drapeaux de prière, les fleurs ou tout autre objet re-ligieux. Il est préférable d'utiliser des toilettes à la turque. Un récipient rempli d'eau remplace la chasse. Les toilettes des restaurants de classe moyenne et des hôtels standard sont en règle géné-rale plus propres. Elles sont parfois comme chez nous (on peut s'asseoir sur la cuvette) et le papier est fourni. Par contre, l'hygiène est souvent déplorable dans les toilettes publiques des gares ferro-viaires et des gares routières, alors même qu'elles sont parfois payantes. Ne pas oublier de transporter avec soi du papier de toilette et un désinfectant pour les mains. Le papier n'est pas jeté dans les toilettes, en raison des conduites d'eaux usées, mais dans un récipient placé à proximité. Les mendiants sont partout. La lutte pour la survie pousse de nombreuses personnes à la rue, parce qu'elles n'ont pas d'alternative pour se nourrir. La plupart du temps, les enfants tendent la main pour les adultes, mais ils ne peuvent pas garder l'argent qu'on leur donne. Les personnes âgées, handicapées ou malades qui demandent l'aumône sont souvent dans la misère et trouvent là un moyen de survivre. On peut leur donner ou non quelques pièces, mais sans exagérer, surtout avec les enfants, pour éviter d'être ensuite sollicité de toutes parts. Si un prêtre vous bénit dans un temple, il s'attend à recevoir un peu d'argent. Les nécessi-teux qui mendient aux abords des lieux de prière apprécient eux aussi quelques pièces. À emporter avec soi
Renseignez-vous auprès de la compagnie aérienne pour connaître le nombre de bagages autori-sés et leur poids. En principe, un seul bagage de 20 kilos est autorisé en classe économique (15 kilos seulement sur Indian Airlines). Le bagage à main ne doit pas dépasser 55 x 30 x 20 centimètres et peser plus de 7 kilos (parfois 10 kilos). Pullover/ fleece/ veste légère Pantalon long / jupe Tee-shirts / maillot Chemise / chemisier Pyjama long Sous-vêtements Casquette Foulard / châle Poche à linge sale Bonnes chaussures Tongs pour la douche Chaussures de sport Maillot de bain Tee-shirt de bain Serviette / serviette de plage Gant de toilette 5.2 Nécessaire de toilette Brosse à dents Shampoing* Crème* Crème solaire*/ lotion après soleil* Déodorant* Miroir de poche 1 rouleau de papier de toilette Lingettes humides Articles d'hygiène pour les femmes Tampons auriculaires Produits d'entretien pour lentilles de contact Médicaments personnels Traitement prophylactique de la malaria Pastilles pour purifier l'eau (Micropur, Hydroclonazone, par exemple) Anti-moustiques (Anti Brumm Forte, par exemple)* 5.3 Pharmacie de voyage (individuelle ou de groupe) Éventuellement des gazes / compresses Pommade cicatrisante antiseptique* Spray désinfectant* Thermomètre Ciseaux à ongles, pincette Produit contre les piqûres d'insectes Médicament antidiarrhéique (Dairsed, Imodium, par ex.) Poudre Elektrolyt Produit contre les aigreurs d'estomac/ nausées (Iberogast, par ex.) Antidouleurs (Paracetamol, pas d'aspirine) Spray nasal* Produit contre les maux de gorge* Produit contre les infections grippales/ toux 5.4 Documents (copies incluses) Passeport (valable 6 mois au minimum) Ceinture de voyage Carnet de vaccination Attestations d'assurance (assurance maladie) Argent liquide (euros / dollars) Carte Travel Cash ou Postcard (retraits d'argent) Sac à dos Étiquettes à bagages nominatives Cadenas muni d'une clé Moustiquaire Matériel de projet Papier / stylos / journal intime Adresses Jeux Livres / journaux Lampe de poche Couteau de poche* Montre bon marché Téléphone mobile Clé USB Appareil photo Accumulateur / piles (rechargeables) Chargeur Lunettes de soleil Lunettes médicales et prescription médicale Cadeaux pour vos hôtes (calendrier de la Suisse, Toblerone, par exemple)


5.6 Enseignants (en particulier lors d'un premier voyage) Lettre de remerciements au directeur de l'école qui confirme l'approbation du pro- Informations sur l'école (brochure, par exemple) Photos, enregistrements audio/vidéo pour donner une idée de l'établissement et de son environnement (attention à la compatibilité des appareils) Appareil photo Infos touristiques sur l'endroit où se trouve votre école, poster compris Messages des élèves (premier voyage) Documentation sur le plan d'études, plans vacances et infos sur le système éduca- tif (premier voyage) Cadeaux, notamment en lien avec votre école et son environnement. Emportez plus que prévu, parce que vous rencontrerez beaucoup plus de gens, vous nouerez beaucoup plus de contacts et vous recevrez beaucoup plus de cadeaux que vous ne l'aviez prévu. * Les liquides, les couteaux et les objets pointus voyagent avec les bagages enregistrés. ch Stiftung für eidgenössische Zusammenarbeit Tel +41 32 346 18 00 Dornacherstrasse 28A Fax +41 32 346 18 02 info@chstiftung.ch CH-4501 Solothurn www.chstiftung.ch

Source: https://www.ch-go.ch/media/filer_public/5a/19/5a19905f-6f57-47b5-8938-aef611c0dbe1/kon-5223-20150804-reisetipps-indien-fr.pdf

Untitled

Treating Prolonged Grief DisorderA Randomized Clinical Trial Richard A. Bryant, PhD; Lucy Kenny, PhD; Amy Joscelyne, PhD; Natasha Rawson, MPsychol;Fiona Maccallum, PhD; Catherine Cahill, MPsychol; Sally Hopwood, MPsychol;Idan Aderka, PhD; Angela Nickerson, PhD IMPORTANCE Prolonged grief disorder (PGD) is a potentially disabling condition that affectsapproximately 10% of bereaved people. Grief-focused cognitive behavior therapy (CBT) hasbeen shown to be effective in treating PGD. Although treatments for PGD have focused onexposure therapy, much debate remains about whether exposure therapy is optimal for PGD.

Geh013 121.127

Mutagenesis vol. 19 no. 2 pp. 121±127, 2004 Detection of mitotic recombination and sex chromosome loss induced by adriamycin, chlorambucil, demecolcine, paclitaxel and vinblastine in somatic cells of Drosophila melanogaster in vivo1 Rosario RodrõÂguez-Arnaiz1, AmeÂrica CastanÄeda Adriamycin (AD), an anthracycline antibiotic, is a topo- SortibraÂn and Guadalupe Ordaz TeÂllez